Les médias nous bassinent avec la soi-disant fin de la politique des taux bas : les banques centrales reviendraient sur leur stratégie de QE (« quantitative easing »), réduisant ainsi le montant des liquidités en circulation, ce qui se traduirait par une hausse généralisée des taux.

 

A titre personnel, je ne crois pas à une remontée rapide des taux et ce pour plusieurs raisons :

  • Si les taux sont bas, c’est parce que les marchés ont, d’une façon ou d’une autre, intégré le risque réel de déflation à long terme,
  • Le président Trump, a fait du soutien de la croissance aux Etats Unis, sa priorité et fera tout son possible pour que la Reserve Fédérale (la banque centrale) poursuive sa politique de taux bas.

Contracter de nouveaux emprunts en 2019 soit pour développer son patrimoine personnel soit pour passer en SELARL restera donc réalisable dans des conditions quasi identiques à 2018.

Par ailleurs, à notre échelle de profession libérale, il faut relativiser l’impact financier des variations de taux.

A titre exemple, pour un emprunt de 300 000 €, un écart de 0.20% sur une durée de 7 ans se traduit seulement par un surcoût mensuel de +26 €.

Pa rapport à un taux de 1%, +0.20% c’est 20% de hausse, ce qui reste une augmentation très significative !

CatégorieGestion

© 2017 Julien FRAYSSE | Expert-Comptable qui accompagne la performance de votre cabinet

Suivez-moi sur :       

Inscription à la Newsletter

www.fraysse-julien.com

Julien Fraysse accompagne la performance de votre cabinet en vous proposant des conseils et informations spécifiques au secteur dentaire toutes les semaines.